Sigmoïdite

Prendre rendez-vous

EN LIGNE

Par téléphone

04 67 33 15 28

Accès

Jours et horaires de consultation

Clinique du Parc

50 rue Emile Combes
34170 CASTELNAU LE LEZ

Le lundi de 9h à 19h
Le Mardi de 09h à 19h
Le Mercredi de 09h à 12h
Le jeudi de 09h à 19h

 

Qu’est-ce qu’une sigmoïdite diverticulaire ?

Une sigmoïdite diverticulaire est une inflammation d’un ou plusieurs diverticules situés dans le colon sigmoïde. Les diverticules sont des petites poches, correspondant à une hernie de muqueuse à travers la paroi musculaire colique.

L’atteinte du diverticule peut aller de la simple inflammation à l’abcédation ou à la perforation avec péritonite.

Comment fait-on le diagnostic de sigmoïdite diverticulaire et quelles en sont les formes compliquées ?

Le diagnostic est suspecté classiquement devant des douleurs abdominales prédominant dans le cadran inférieur gauche de l’abdomen, avec un ventre pouvant être dur à ce niveau, associé à une fièvre modérée. On parle « d’une appendicite à gauche ». Le diagnostic est confirmé par le scanner abdominopelvien injecté qui retrouve un sigmoïde diverticulaire avec une inflammation de la graisse autour du ou des diverticules pathologiques. Les formes compliquées sont l’abcès et la perforation. Cette perforation peut se colmater spontané-ment, on parle alors de « perforation bouchée ». Cette perforation peut aussi être responsable d’une péritonite plus ou moins importante. En cas de formes compliquées de sigmoïdite, le patient peut présenter des signes de gravité : fièvre et fréquence cardiaque élevées, tension artérielle abaissée, ventre dur dans son ensemble appelé « ventre de bois ».

Quel est le traitement de la sigmoïdite ?

La classification de HINCHEY permet de reprendre les différentes formes de sigmoïdite et leurs traitements :

HINCHEY 1 1a Sigmoïdite non compliquée = Traitement symptomatique (anti-douleurs et court régime sans résidu large) possible en ambulatoire En cas de signes de gravité, de grossesse, d’immunodépression ou de score ASA>3 nécessité d’une antibiothérapie intraveineuse 1b Sigmoïdite perforée-bouchée = Traitement symptomatique + antibiothérapie intraveineuse
HINCHEY 2

Sigmoïdite abcédéel

  • Si abcès < 5 cm = Traitement symptomatique + antibiothérapie intraveineusel
  • Si abcès > 5 cm = Traitement symptomatique + antibiothérapie intraveineuse + drainage de l’abcès par radiologie (échographie ou scanner) ou chirurgie le plus souvent coelioscopique.
HINCHEY 3 Péritonite purulente = Traitement symptomatique +antibiothérapie intraveineuse + lavage et drainage chirurgical le plus souvent coelioscopique.
HINCHEY 4 Péritonite stercorale (matières fécales) = Traitement symptomatique +antibiothérapie intraveineuse + chirurgie par ouverture du ventre pour ablation du sigmoïde, lavage abdominal et réalisation d’une stomie temporaire encore appelée poche ou anus artificiel (intervention de Hartmann).

Quels sont les principes et les risques de la chirurgie en urgence ?

IL Y A 2 TYPES DE CHIRURGIE DE LA SIGMOÏDITE COMPLIQUÉE, ADAPTÉE AU TYPE DE COMPLICATION :

Le lavage-drainage chirurgical

Réalisé en cas de volumineux abcès non accessible à un drainage radiologique ou de péritonite purulente, le plus souvent par coelioscopie (caméra et petits orifices). Ce geste consiste à mettre à plat l’abcès si nécessaire, à faire des prélèvements bactériologiques, à laver abondamment la cavité abdominale au serum physiologique et à drainer avec un drain en silicone. Dans de très rares cas, si une perforation est visualisée au niveau du diverticule malade, cette perforation peut être suturée ou le diverticule peut être extériorisé au niveau cutané.

L’intervention de Hartmann

L’intervention de Hartmann consiste en l’ablation d’un segment du colon gauche, ici le sigmoïde, sans rétablissement de la continuité digestive. Le colon est suturé à la peau pour permettre l’extériorisation des matières dans une poche, on parle de « colostomie ». L’intervention de Hartmann est réalisée lorsqu’il est trop risqué de rétablir la continuité digestive du fait de conditions intra abdominales défavorables. Dans le cas de la sigmoïdite, l’intervention de Hartmann est réalisée en cas de péritonite stercorale correspondant à la présence de matières fécales dans l’abdomen.

Les risques principaux de la chirurgie de la sigmoïde en urgence

  • Risques non spécifiques : Hématome(s), saignement, abcès, phlébite et embolie pulmonaire, conversion en ouverture du ventre.
  • Risques spécifiques du lavage-drainage : organisation d’une fistule digestive par le drainage, évolution défavorable nécessitant une stomie pour dériver les matières en amont ou une intervention de Hartmann.
  • Risques spécifiques de l’intervention de Hartmann : réouverture du moignon rectal pouvant nécessiter une reprise chirurgicale. A distance, une déformation de la paroi autour de la stomie (éventration) ou une extériorisation anormale du colon (prolapsus stomial) sont possibles nécessitant parfois une intervention chirurgicale.
  • A distance : comme dans toute intervention abdominale, des déformations de la paroi de l’abdomen (éventrations) et des brides intra-abdominales sont possibles. L ’intervention de Hartmann

Protocole de réalimentation en cas de sigmoïdite

Les premiers jours

Le jour même J0 Soir Boisson 250cc
Le lendemain J+1 Matin Thé, café ou tisane
  Midi Yaourt nature ou compote
  Soir Potage vermicelle ou bouillon + yaourt nature ou compote
Le surlendemain J+2 Matin Thé, café ou tisane, 2 biscottes, confiture et beurre
  Midi Purée à l’eau + fromage blanc ou yaourt nature ou compote + 2 biscottes
  Soir Potage vermicelle ou bouillon + yaourt nature ou compote + 2 biscottes
J+3 Matin Thé, café ou tisane, 2 biscottes, confiture et beurre
  Midi Pates ou purée + poulet + emmental + fromage blanc ou compote ou yaourt nature + 2 biscottes
  Soir Potage + pates ou purée + jambon ou poisson + fromage blanc ou compote ou yaourt nature + 2 biscottes
A partir de J+4 Matin Régime normal pauvre en fibres

À la sorti

Ce régime est à suivre pendant un mois ou un peu plus, en fonction de votre tolérance à la diversification. Après une sigmoïdite

  • Le risque de récidive Le risque de récidive ne peut être évalué. Aucun régime n’a fait la preuve de son efficacité. Il ne peut être conseillé qu’une alimentation variée et équilibrée associée à une pratique sportive régulière.
  • La coloscopie Une coloscopie à distance d’une sigmoïdite non compliquée n’est pas nécessaire en dehors des indications de dépistage ou de prévention par coloscopie du cancer colorectal. Il est recommandé en revanche de réaliser une coloscopie au décours d’un épisode de diverticulite aigue compliquée, après s’être assuré de la bonne cicatrisation du colon. Le délai est d’environ 2 mois.
  • La chirurgie programmée Une sigmoïdectomie à distance ne se justifie qu’en cas de crises de sigmoïdites récidivantes ou de sigmoïdite chronique. Cette chirurgie devant être discutée en fonction de l’âge et des antécédents du patient.

Régime à suivre à la sortie de l’hospitalisation

ALIMENTS CONSEILLÉS à réintroduire ALIMENTS DÉCONSEILLÉS le 1er mois
LAIT Lait ½ écrémé, Laitage divers (fromage blanc, yaourt, petit suisse…) Flans, entremets aromatisés Lait entier
FROMAGES Fromage frais : type ½ sel, St Moret… Fromage à pâte pressée : cantal, comté, Emmenthal, St-Paulin, tome de Savoie… Fromage à pâte molle peu fait : Camembert Fromages fermentés et forts : Chèvre, munster, époisses Fromages à pâte persillée : Bleu, Roquefort Fromage frais aux fines herbes : Boursin, Tartare, Ail et fines herbes.
VIANDES Viandes maigres : Escalope de volaille, filet de poulet, viande rôtie Charcuterie maigre : Jambon blanc, jambon de dinde, bacon Viandes maigres rôties, grillées : Boeuf, veau, volaille sans la peau, Porc : côte et rôti dégraissé, Jambon dégraissé Mouton : le gigot dégraissé Abats : foie, cervelle, langue, sans sauce Viandes grasses, viandes en sauces, Charcuterie Viandes marinées, gibier salées, séchées, fumées, en conserve, en sauce… Les morceaux gras des viandes Les abats : tripes, rognons Les charcuteries sauf jambon Les escargots
POISSONS Tous les poissons de mer ou de rivière frais ou surgelés, au naturel, grillés, au four, au court bouillon Les bâtonnet de surimi Les coquillages, mollusques ou crustacés sans sauce, sans mayonnaise Poissons : séchés, salés, fumés, en conserve à l’huile, au vin blanc ou aux aromates, en sauce, en friture, panés, cuisinés du commerce…
OEUFS Cuisson sans matière grasse
PAIN Pain blanc, pain de mie, biscottes Pain complet, aux céréales, son, seigle
FÉCULENTS Pâtes, riz, p. de terre, semoule, quenelles Farines blanches, maïzena, fécule WCorn flakes Tapioca, boulgour, épeautre, quinoa Blé Les produits frits ou pré-frits : Frites, chips, pommes, noisettes, beignets… Les pâtes complètes, riz complet, Les légumes secs : Lentilles, flageolets, pois chiches… Les céréales complètes
FRUITS Tous les fruits cuits (compote, au sirop…) et crus Consommation modérée : melon, raisin, prune, cerise, rhubarbe Fruits secs et oléagineux : noix, noisette, pignon
PRODUITS SUCRÉS Gâteaux secs et meringue Génoise, biscuit de Savoie, roulé, quatre quarts, Gâteau au yaourt, tarte au flan Sucre, miel, gelée de fruits, chocolat noir Pâtisserie sucrée base feuilletée A base de crème, crème au beurre La chantilly Viennoiseries et pâtisseries industrielles
MATIÈRES GRASSES Huile crue et beurre cru Crème fraiche en petite quantité et crue Jus de viande dégraissé Lard, saindoux, fritures Sauces pimentées, au vin, mayonnaise
BOISSONS Eau plate, en bouteille ou du robinet, gazeuse Jus de fuits sans pulpe, sirops, sodas Tisanes, infusions, café, thé Le vin et les boissons alcoolisées Jus de fruits avec pulpe Ketchup, béarnaise…
DIVERS Jus de citron, moutarde, herbes de Provence, fines herbes, épices douces Cornichons, câpres, vinaigre Les plats cuisinés du commerce : quiche, pizza, raviolis, quenelles, friands, produits panés, produits frits