• Accueil
  • Chirurgie de l’intestin grêle

Chirurgie de l’intestin grêle

Prendre rendez-vous

EN LIGNE

Par téléphone

04 67 33 15 28

Accès

Jours et horaires de consultation

Clinique du Parc

50 rue Emile Combes
34170 CASTELNAU LE LEZ

Le lundi de 9h à 19h

Clinique Via Domitia

Chemin des Alicantes
34400 LUNEL

Le vendredi de 9h à 19h

 

Anatomie et fonction de l’intestin grêle

intestin

L’intestin grêle est un segment du tube digestif allant du pylore (partie terminale de l’estomac) jusqu’au caecum (début du colon). Sa longueur est très variable d’un individu à l’autre allant de 4 à 7 mètres avec une longueur moyenne de 6 mètres.

Le rôle de l’intestin grêle est l’absorption intestinale.

Les principales pathologies de l’intestin grêle

Occlusion
L’occlusion de l’intestin grêle se manifeste par des douleurs abdominales, des vomissements et un arrêt du transit plus tardif.
Les causes principales sont une bride (adhérence) et/ou un volvulus, une incarcération dans une hernie interne ou dans un orifice de la paroi abdominale.

Diverticule de Meckel
Un diverticule est une excroissance en forme de poche située au niveau de la paroi du tube digestif. Le diverticule dit de Meckel qui résulte d’une petite malformation bénigne embryonnaire, est situé à environ 70 cm de la fin de l’intestin grêle. Ce diverticule peut s’inflammer et les symptômes sont alors semblables à l’appendicite pour laquelle il est souvent confondu. Il peut également saigner ou se transformer en pathologie maligne.

Maladie de Crohn
Elle touche souvent la partie terminale de l’intestin grêle sous forme d’inflammation (iléite) pouvant évoluer vers des sténoses, abcès, fistules et perforations.

Tumeurs
Les tumeurs de l’intestin grêle sont rares. Elles peuvent être bénignes, malignes ou à malignité intermédiaire : polype, adénocarcinome, sarcome, lymphome, tumeur neuro endocrine, tumeur stromale. Elles sont découvertes à l’occasion de différents symptômes : occlusion, saignement, altération de l’état général.

Les différents traitements

Le traitement de l’occlusion
Le traitement de l’occlusion débute par une réhydratation, l’administration d’antalgiques et la mise au repos du tube digestif (jeun et sondage gastrique). Dans certains cas ce traitement suffit. En cas d’échec de critères de gravité initiaux ou de certaines causes (volvulus, hernie étranglée) une chirurgie s’impose. Elle consiste à libérer l’intestin, en coelioscopie si cela est possible. En cas de nécrose intestinale, une résection est nécessaire avec soit rétablissement immédiat de la continuité digestive, soit mise à la peau du tube digestif (anus artificiel).

Le traitement d’un diverticule de Meckel
Chaque fois qu’un diverticule de Meckel est découvert chez l’adulte il doit être retiré en même temps qu’un petit segment digestif et envoyé à analyser. Généralement la remise en continuité digestive est immédiate.

Le traitement d’une atteinte iléale de la maladie de Crohn
Le traitement peut être médical et/ou radiologique et/ou chirurgical. Il est donc décidé de façon collégiale, en équipe. Le traitement d’une iléite simple est médical. En cas de complication, la chirurgie peut être programmée (sténose) ou plus urgente (perforation, abcès, fistule).
Pour en savoir plus sur la maladie de Crohn cliquez ici

Le traitement d’une tumeur du grêle
Toute tumeur du grêle doit être retirée avec un segment digestif permettant une résection en zone saine et avec la graisse attenante contenant des ganglions. Généralement, la remise en continuité digestive est immédiate.

Les suites opératoires

Après une surveillance en salle de réveil, vous êtes transférés en service de soins continus pour 48H à 72H ou en service conventionnel.

Vous êtes d’abord levés et mis au fauteuil puis la marche est reprise dès que possible.

Une kinésithérapie mobilisatrice et respiratoire est réalisée 1 à 2 fois par jour aux soins continus puis selon vos besoins.

L’alimentation est débutée rapidement selon un protocole précis.
L’hospitalisation dure environ 5 à 8 jours sous surveillance anesthésique et chirurgicale rapprochée.

A votre retour à domicile, la surveillance quotidienne est poursuivie par l’infirmière libérale.
Le chirurgien et/ou le service sont joignables à tout moment afin de pouvoir répondre à toutes les interrogations ou revoir un patient rapidement en consultation si besoin.

Vous êtes revus systématiquement en consultation chirurgicale à 1 mois post opératoire.
En cas de tumeur maligne, une anticoagulation d’1 mois au total est recommandée.

La plupart du temps de la COLLE ferme et protège les cicatrices ne nécessitant aucun soin de paroi.

En cas d’ouverture du ventre (laparotomie), vous devrez porter une ceinture abdominale pendant 2 mois.
Vous pouvez reconduire à la sortie de la clinique. Les activités sportives peuvent être reprises après 1 mois post opératoire.
L’arrêt de travail est variable selon la pathologie et votre activité, de 15 jours à 1 mois.

Les risques de la chirurgie de l’intestin grêle

  • défaut de cicatrisation de la couture digestive
    Comme après toute couture digestive, un défaut de cicatrisation est possible survenant le plus souvent entre le 5ème et le 10ème jour post opératoire à l’origine d’un abcès ou d’une péritonite. Une reprise opératoire est souvent nécessaire. Dans les conditions les plus défavorables, le tube digestif doit être mis à la peau (anus artificiel), le plus souvent temporairement.
  • conversion en laparotomie (ouverture du ventre)
  • troubles digestifs. La reprise du transit se fait le plus souvent sous forme liquide. Le transit va progressivement se régulariser.
  • risques de toute chirurgie digestive : saignement, hématome, lésion d’un autre organe, infection du site opératoire, phlébite et embolie pulmonaire, complication pulmonaire.
  • A distance : comme dans toute intervention abdominale, des déformations de la paroi de l’abdomen (éventrations) et des brides intra-abdominales sont possibles.

Il est rappelé que toute intervention chirurgicale comporte un certain nombre de risques y compris vitaux, tenant à des variations individuelles qui ne sont pas toujours prévisibles. Certaines de ces complications sont de survenue exceptionnelle (plaies des vaisseaux, des nerfs et de l’appareil digestif) et peuvent parfois ne pas être guérissables. Au cours de l’intervention, le chirurgien peut se trouver en face d’une découverte ou d’un événement imprévu nécessitant des actes complémentaires ou différents de ceux initialement prévus, voire une interruption du protocole prévu.

Conseils après chirurgie de l’intestin grêle

Vous devez reprendre vos activités progressivement en privilégiant la marche. Une fatigue est possible, liée au stress chirurgical et anesthésique. Vous devez ainsi prendre soins de vous. Les premiers jours des douleurs dans les épaules sont possibles, en raison des gaz de cœlioscopie, et vont rapidement disparaître. Suivez bien les prescriptions de votre chirurgien.

Les troubles digestifs sont le plus souvent transitoires. Des probiotiques en gélules peuvent vous être prescrits par votre chirurgien afin de renouveler la flore intestinale qui a été perturbée.

Au niveau alimentaire, vous réintégrez progressivement les différents aliments.

Ne pas porter de charges lourdes et ne pas faire d’efforts intenses sur le ventre pendant 1 mois.
En cas de problème, contacter le secrétariat ou le service des urgences (24h/24, 7j/7).